Lionel Ulmann vient obtenir son HDR

Lionel Ulmann, enseignant-chercheur à l’IUT de Laval/Le Mans Université depuis 1994 vient vient obtenir son Habilitation à Diriger des Recherches suite à sa soutenance du jeudi 18 octobre.


L'habilitation à diriger des recherches sanctionne la reconnaissance du haut niveau scientifique du candidat, du caractère original de sa démarche dans un domaine de la science, de son aptitude à maîtriser une stratégie de recherche dans un domaine scientifique ou technologique suffisamment large et de sa capacité à encadrer de jeunes chercheurs. Son titulaire peut diriger des thèses et également être candidat à l’accès au corps des professeurs des universités,

Il sera face à un jury composé de :

  • Madame CHINI-ZITTELLI Graziella, Chercheure CNR - Istituto per lo Studio degli Ecosistemi (ISE) de Florence

  • Madame LI-BEISSON Yonghua, Directrice de Recherches CEA - Institut de Biosciences et Biotechnologies de Cadarache

  • Monsieur NARCE Michel, Professeur, Université de Bourgogne - INSERM 1231 Lipides Nutrition Cancer

  • Monsieur SCHOEFS Benoît, Professeur, Le Mans Université - EA 2160 Mer Molécules Santé

  • Monsieur THIES Frank, Reader, Université d’Aberdeen en Écosse, School of Medicine - The Rowett Institute

  • Monsieur TREMBLIN Gérard, Professeur Émérite, Le Mans Université - EA 2160 Mer Molécules Santé

 

Résumé des recherches de Lionel Ulmann

Les micro-algues marines, sont des micro-organismes photosynthétiques capables de produire des protéines, des lipides, des sucres et des pigments, à partir des éléments nutritifs qu'elles vont puiser dans le milieu marin, à savoir l'azote, le phosphore, le carbone et les minéraux. En particulier, ces micro-algues synthétisent des acides gras oméga-3, des phytostérols et des caroténoïdes, molécules connues pour avoir un impact bénéfique dans un cadre nutrition-santé chez l'homme. Ses activités de recherche développées au sein du laboratoire Mer Molécules Santé  de Le Mans Université (MMS - EA 2160), consistent à valoriser ces molécules à activités biologiques produites par les micro-algues marines, dans le domaine de la nutrition via deux axes.

1)      Comment optimiser la production des acides gras oméga-3 selon les conditions de culture ?

Parmi les facteurs environnementaux, étant donné que les micro-algues ont une activité photosynthétique, la lumière et l'intensité du niveau d'éclairement sont des paramètres importants dans leur métabolisme. Nous avons donc étudié la production des lipides et des acides gras oméga-3 chez différentes souches de micro-algues, en faisant varier le niveau d'éclairement. Nous avons pu montrer qu'à de très faibles niveaux d'éclairement, les micro-algues vont orienter leur métabolisme vers la production de lipides de réserve (les triglycérides) et favoriser la production des acides gras oméga-3. A l'inverse, à de forts niveaux d'éclairement, leur métabolisme ira vers la production de lipides (les galactolipides) associés aux membranes constitutives des micro-algues, ce qui permet d'augmenter leur division cellulaire et donc la biomasse. 

2)      Les micro-algues ont-elles un impact favorable dans un cadre nutrition-santé ?

La biomasse produite peut être valorisée dans un cadre nutrition-santé. Grace à des collaborations avec des laboratoires et entreprises extérieures à LMU, nous avons pu étudier le rôle que peut jouer certaines micro-algues, lorsque celles-ci sont apportées sous forme de complément alimentaire dans la prévention de l'installation de certains troubles métaboliques, et en particulier dans la prévention de l'installation du syndrome métabolique. Le syndrome métabolique est caractérisé par un ensemble de paramètres biochimiques qui vont être modifiés et dont la conséquence peut être l'apparition d'un diabète ou d'une obésité. Nous avons pu montrer que lorsque l'on administre un régime hyperlipidique (connu pour induire des hypertriglycéridémie, hypercholestérolémie et hyperglycémie) à un modèle expérimental, la complémentation de ce régime en micro-algues, permet d'empêcher l'installation de ces troubles du métabolisme. Nous avons aussi montré que l'apport en micro-algues permettait de limiter la prise de poids, ce qui va dans le sens d'une prévention d'une surcharge pondérale qui peut, à terme, déboucher sur une obésité. Enfin, nous avons aussi pu montrer qu'apportées sous forme de complément alimentaire, les micro-algues permettent de limiter l'hyper-agrégabilité des plaquettes sanguines, ce qui est un facteur de risque des maladies cardiovasculaires.